Bannière  École des sciences de la gestion Département d'études urbaines et touristiques
bg banniere 1 bg banniere 2 bg banniere 3

Programmes

urbanisme - 1er cycle

L’urbaniste planifie et organise le territoire des villes et des régions conformément aux besoins et aux aspirations des citoyens. Partout dans le monde, les villes se multiplient rapidement et abritent de plus en plus de gens. En ce début de troisième millénaire, la plupart des humains sont maintenant devenus citadins. Le maintien de conditions de vie urbaine décentes, ou l’amélioration de la qualité de vie qu’on retrouve dans les villes, exigera de plus en plus d’efforts imaginatifs de la part des urbanistes, afin de concevoir les interventions stratégiques les plus pertinentes pour corriger les problèmes qui affligent les villes et pour valoriser leurs potentialités.

Les gouvernements décentralisent ainsi un nombre croissant d’interventions en planification urbaine et régionale vers les collectivités locales, donnant ainsi de plus en plus de responsabilités aux gouvernements régionaux et locaux, ainsi qu’aux agences publiques et privées œuvrant en urbanisme. Leurs rôles et leurs missions se multiplient sans cesse, ou sont bonifiés et valorisés. Ces administrations et organismes décentralisés ont grandement besoin d’une expertise polyvalente et multidisciplinaire en planification territoriale.

Le département d’études urbaines et touristique offre une panoplie de programmes permettant de répondre à ces besoins.

Baccalauréat en urbanisme  (7828-7628)

Concentration formation régulière

               Descriptif du programme :
               http://www.programmes.uqam.ca/7828

Concentration formation internationale

               Descriptif du programme :
               http://www.programmes.uqam.ca/7628

Remplir un formulaire d’admission :

http://www.regis.uqam.ca/admissionenligne.html


Majeure en études urbaines (6990)

7828-7628-6990

Mineure en études urbaines (0956)

0956

Mineure en patrimoine urbain (0957)

0957

Mineure en urbanisme opérationnel (0958)

0958

 

Particularités du programme de Baccalauréat en urbanisme

Depuis près de quinze ans, le taux de placement des bacheliers en urbanisme de l’UQAM oscille entre 90 et 95%, seulement 6 mois après l’obtention du diplôme !

L’urbanisme est enseigné à l’UQAM depuis 1973. Le baccalauréat transmet une formation professionnelle interdisciplinaire en urbanisme. La formation privilégie l’acquisition des connaissances et des savoir-faire dans les principaux domaines d’intervention de l’urbanisme opérationnel, soit la gestion du territoire et le développement de projets immobiliers et d’infrastructures.

La programmation des cours développe d’abord chez l’étudiant la compétence d’analyser, de diagnostiquer et de synthétiser les problématiques urbaines. Ensuite, l’étudiant acquiert la capacité d’élaborer des solutions sous la forme de politiques, de plans, de programmes et de projets d’aménagement, d’élaborer des mesures réglementaires de contrôle de l’occupation des sols, de participer à l’élaboration de concepts diversifiés et de concevoir des processus de consultation et de concertation entre les acteurs du développement et de l’aménagement.

Le baccalauréat vise aussi à former des urbanistes capables d’informer et de communiquer avec aisance et professionnalisme, ainsi que d’inscrire harmonieusement leurs interventions dans le réseau complexe des agents de la planification territoriale.

Le programme accorde une place importante à l’apprentissage des nouvelles technologies de l’information appliquées à l’analyse des données urbaines, à l’élaboration des solutions d’aménagement et à la présentation multimédia des résultats.

De excursions sur le terrain s’intègrent périodiquement à un enseignement qui s’ouvre sur le monde, notamment par un cours-voyage d’études sur les grandes villes. Par exemple, Londres, Boston, Paris, Lyon et Chicago ont été étudiées et visitées par les étudiants.

Soulignons enfin que plusieurs cours du baccalauréat en urbanisme font également partie de la majeure en études urbaines, de la mineure en urbanisme opérationnel et de la mineure en patrimoine urbain de l’UQAM. Un étudiant suivant l’un ou l’autre de ces programmes peut donc facilement changer de parcours académique, au gré de ses propres intérêts, en transférant d’un programme à l’autre plusieurs des cours déjà suivis.

 

Théorie et pratique

La moitié des cours du baccalauréat est consacrée à l’acquisition des connaissances fondamentales indispensables à la compréhension du phénomène urbain, ainsi que des enjeux sociaux, économiques, environnementaux, juridiques et politiques de la ville contemporaine et de sa contribution à la vie des collectivités.

L’autre moitié des cours est dédiée à l’apprentissage des méthodes d’analyse, de diagnostic, de planification opérationnelle et de conception de projets d’aménagement. Plusieurs cours sont doublés de séances de laboratoire.

Un stage en milieu professionnel, réalisé au Québec ou à l’étranger, complète la formation.

L’analyse et le diagnostic urbanistiques

En analysant à fond un milieu urbain de leur choix, les étudiants apprennent à analyser et à diagnostiquer les problèmes urbains et les potentiels d’ordre morphologique, architectural, esthétique, environnemental, patrimonial, démographique, économique et sociologique. Les plus récents outils informatiques sont mis à contribution pour faciliter l’analyse intégrée de la problématique urbaine et la présentation synthétisée des résultats dans un dossier complet de caractérisation du milieu.

Le schéma d’aménagement et de développement, le plan et la réglementation d’urbanisme

Forts de leurs apprentissages de première année en analyse et diagnostic, les étudiants peuvent maintenant apprendre à imaginer des solutions pertinentes aux problèmes urbains, à concevoir des stratégies de valorisation des potentiels du milieu et à programmer ces interventions de façon cohérente et systématique.

Le développement de projets immobiliers et d’infrastructures

Les étudiants conçoivent, développent et présentent un projet d’aménagement de structures physiques à l’échelle d’un terrain, d’un ensemble immobilier, d’un îlot, d’une rue ou d’un autre site particulier, au Québec ou à l’étranger. Ces projets font l’objet d’une exposition ouverte au public, aux professionnels, aux employeurs et aux médias.

 

Perspectives professionnelles

Au Québec, la pratique de l’urbanisme s’inscrit dans un cadre institutionnel et juridique très précis et exigeant, qui prévoit la fréquence, la cadence et l’envergure des travaux de planification territoriale que toutes les municipalités doivent élaborer, mettre en œuvre et actualiser. Ce contexte active le marché de l’emploi et les perspectives d’emploi en urbanisme sont excellentes.